Formations

Le témoignage de Madelon T : Vivre de sa passion

Madelon T nous transmet un témoignage simple et fort. Ancienne stagiaire Web,  son parcours à FIJ lui a ouvert des portes vers la concrétisation d’ un rêve : faire de sa passion du design son métier…

Avant de débuter la préformation à FIJ (2012-2013), je travaillais comme assistante de direction dans un centre d’affaires international. Je n’étais pas épanouie et, pour l’anecdote, je venais de recevoir un avertissement écrit pour non-port de gloss ! Le choc fut tel que j’ai arrêté du jour au lendemain en repositionnant mes attentes professionnelles. Je voulais que mon travail soit récompensé à sa juste valeur. Je désirais évoluer dans un métier dynamique, où je puisse travailler de manière indépendante, mais également en équipe.

Le choix d’une réorientation professionnelle vers le Webdesign

Attirée par l’art et la photographie, je travaillais déjà beaucoup sur le logiciel Photoshop à titre personnel. J’ai réalisé qu’avec le Web, Je pouvais trouver un bon compromis entre l’aspect technique de l’intégration et le coté créatif du design. Ce qui fut au début une envie est alors devenu une évidence. Étant sure de mon nouveau choix professionnel, je voulais activer le processus rapidement. Je me suis renseignée sur les possibilités de formations en informatique à Bruxelles, via Internet, et c’est le centre de formation Interface 3 (où j’avais suivi des cours d’intégration auparavant) qui m’a conseillé FIJ. Je m’y suis donc présentée pour les tests d’évaluation et les cours ont commencé rapidement. C’était juste le bon timing.

Un parcours de formation à FIJ, une aventure humaine !

La formation est tout à fait accessible si l’on suit chaque jour de cours avec attention. La difficulté réside dans la gestion du quotidien si l’on travaille à côté ou si on a une famille. Cela a été un challenge mais, au final, s’accrocher paye et la satisfaction d’être arrivé au bout de ce qu’on a commencé est un cadeau ! L’entente et l’entraide entre les stagiaires de mon groupe ont été une vraie richesse et un booster. Chacun était motivé pour atteindre les acquis nécessaires pour exercer le métier du Web. De plus, les formateurs ont les bons mots et l’écoute nécessaires pour nous diriger, nous aider ou même nous conseiller. Sans cette solidarité entre stagiaires et formateurs, ma formation n’aurait surement pas eu les mêmes aboutissements. (Une spéciale dédicace aux trois mousquetaires de la pétanque!!!! J  Cette année n’aurait pas été la même sans vous les gars !) J’ai vécu une véritable aventure humaine !

Cette expérience à FIJ fut plus que positive et nécessaire dans mon parcours de vie. J’ai non seulement appris un métier qui me plait, mais également beaucoup de choses sur moi-même. FIJ m’a profondément changée grâce aux rencontres effectuées, mais aussi grâce au rythme imposé face aux contraintes du quotidien. J’y ai trouvé des réponses, des mains tendues et une écoute qui m’ont permis de me remettre en question et d’avancer tant au niveau personnel que professionnel. Lorsque la confiance et la bienveillance sont dans les yeux de l’autre, on peut déplacer des montagnes.

Une première expérience de travail chez Proximus, la concrétisation d’un rêve…

J’ai été engagée dès la fin de ma formation chez Harvey Nash pour une mission de 4 mois chez Proximus en tant que e-publisher pour le nouveau site de Belgacom : Proximus. Un grand projet, une très belle expérience. L’environnement de travail est parfaitement ce que je souhaitais et la confiance donnée est réellement un booster. J’ai même été chargée de la coordination d’équipe pendant un mois. Mon contrat a été renouvelé jusqu’à la fin de l’année. D’ici là, je m’enrichis de l’expérience que je peux acquérir. On verra donc si, en 2015, je continue l’aventure Proximus ou si mon chemin me dirigera vers d’autres horizons…

Travailler pour un projet d’une telle envergure est le fruit du temps consacré à la formation à FIJ. Cela m’a permis de concrétiser mes rêves! Je suis enfin moi, je fais quelque chose qui me plait, et quand on fait ce qu’on aime, cela se ressent tant au niveau du travail qu’au niveau de l’épanouissement personnel.

Madelon T.